10 millions de dollars, c’est le ticket d’entrée que sont prêts à investir VISA, MASTERCARD, Uber, PAYPAL et Xavier Niel dans la cryptomonnaie de Facebook

0
798

En Avril, le New York Times révélait ainsi que Facebook était à la recherche d’un milliard de dollars pour financer le projet de création de sa cryptomonnaie. Et depuis ces révélations, la firme américaine semble avoir bien avancé sur le projet.

En effet, le Wall Street Journal rapportait comme pour approuver cette première information que, des géants de la technologie étaient déjà prêts à investir d’importantes sommes en échange d’un «noeud» (serveur) de la blockchain reliée à cette cryptomonnaie. Il s’agit entre autre de UberPayPalVisaMastercardStripeSpotifyLyft ou encore Booking.com, les français  Iliad et Xavier Niel.

Chaque société s’est engagée à s’acquitter d’un ticket d’entrée de 10 millions de dollars pour faire partie des partenaires de la firme américaine.

Selon les personnes proches du dossier citées par le Wall Street Journal, la détention d’un nœud permettra de vérifier les transactions et d’en conserver une trace pour créer tout un nouveau réseau de paiement. 

De plus ce gage est sans doute ce qui a convaincu PayPal, Stripe, Visa et Mastercard de participer au projet. Il convient de rappeler que des sociétés qui détiennent des réseaux paiement numérique comme Visa et Mastercard craignent en effet depuis longtemps qu’un géant technologique comme Facebook leur fasse de l’ombre, en créant une alternative de paiement qui causerait du tort aux réseaux existants de cartes bancaires. Pour eux, l’intérêt est donc double. Prendre part dans libra leur permettra de garder un oeil sur les ambitions de Facebook dans le paiement tout en tirant profit si le projet rencontre le succès. 

A propos du projet « Libra »

Le projet «Libra» vise à mettre en place une cryptomonnaie que les utilisateurs pourraient s’échanger et utiliser pour effectuer des achats sur Facebook, les plateformes de ses partenaires comme Uber et d’autres sites en ligne. Les plateformes Messenger et WhatsApp, détenues par la firme américaine, pourraient notamment permettre de faciliter l’adoption de cette monnaie virtuelle. Toutefois, Mark Zuckerberg devrait se heurter à de nombreux obstacles réglementaires, les cryptomonnaies étant régulièrement accusées de simplifier le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Pour éviter d’être dans le viseur des régulateurs et des firmes financières, le patron de Facebook se serait déjà entretenu avec Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, ainsi qu’avec des responsables du Trésor américain. 

Il surtout noter que le cours de cette future cryptomonnaie pourrait être indexé à un panier de devises réelles (euro, dollar, yen…) pour limiter sa volatilité, une caractéristique des cryptomonnaies souvent décriée.

Facebook (NASDAQ:FB) dévoilera ce mardi 18 juin 2019 matin aux Etats-Unis les détails de sa crypto-monnaie, le GlobalCoin, issu du projet Libra.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom s'il vous plaît