SAF CACAO emploie directement 3000 personnes et impacte, indirectement, 10 000 ménages. La société absorbe environ 10 % de la production du Cacao ivoirien et est un acteur important dans l’anoblissement de la matière première.

La liquidation prononcée, le 18 juillet dernier, de ce grand contributeur en valeur ajoutée a fait naître un sentiment de peur et de découragement de nombreux acteurs et partenaires intervenant dans le secteur. Elle remettrai même en cause le financement de la filière du Cacao.

En effet, avec une créance estimée à 160 milliards de francs CFA envers des banques en Côte d’Ivoire ; 80 milliards de francs CFA dus au Conseil Café Cacao(CCC) et 25 milliards d’impôt à l’État ivoirien, le cas SAF CACAO demande bien au gouvernement de réagir sur la question.

Ce lundi 17 septembre le premier ministre a manifesté le souhait de l’Etat de voir la société trouver un nouvel acquéreur à fin d’éviter d’énormes pertes et surtout de sauver des milliers d’emplois.

 « On y travaille pour éviter une cessation d’activité parce qu’on sait que SAF-CACAO est important pour l’économie locale de San Pedro, sachez que le personnel est à la date d’aujourd’hui encore payé. Je crois que la question pourra trouver solution avant la prochaine campagne » Propos du chef du gouvernent

Notons également que l’annonce de cette liquidation a entraîné un effet de panique sur le marché boursier de l’UEMOA. Les détenteurs de titres des sociétés de banques ont ordonné la vente de leurs actifs afin d’éviter, eux aussi, des pertes éventuelles.

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom s'il vous plaît